51rDtmk7mML._SX357_BO1204203200_

Lien amazon

Résumé de l’éditeur

La Crécerelle a le goût du sang. Mais qui sait pourquoi elle tue ? Pour l’argent, pour le plaisir, ou bien pour servir les puissances de l’outre-monde ?

Femme du Sud dans les terres du Nord, experte des arts magiques dans une contrée qui les méprise, la Crécerelle parcourt les cités-États du désert, semant violence et mort sur son passage. Une question demeure… combien de temps encore pourra-t-elle supporter cette vie d’atrocités ?

C’est justement en cherchant à se libérer de l’entité maléfique qui contrôle sa vie, qu’elle va déclencher une série d’événements d’ampleur cataclysmique. Une spirale infernale dont, cette fois, elle ne pourra pas se sortir seule.

Mon avis

C’est un livre qui m’a marqué dès notre première rencontre, sa couverture a attiré mon œil et j’ai eu l’impression que ce livre avait tout pour me plaire. Rien que la couverture me parlait et le résumé me l’a fait prendre sans hésitation. Alors que dire de ce livre une fois ouvert?

Au départ, l’univers a été assez compliqué à saisir, ma compréhension s’effilochait sous mes yeux jusqu’à ce que je fasse un lien avec la théorie des cordes. Cela a été ma clé pour comprendre les événements qui se déroulaient au fil des page. Une fois entrée dans sa dimension, j’ai trouvé cet univers fascinant, avec ses personnages désignés par des noms communs. L’utilisation du présent m’a ancrée dans l’histoire, d’ailleurs je crois bien que c’est le premier roman fantasy que je lis rédigé au présent. L’auteur évite une multiplication des personnages et des points de vue, ainsi on ne se perd pas entre maintes histoires secondaires. Et pas de grosses batailles, juste un personnage que l’on suit d’un point A à un point B. La lecture s’est révélée rafraîchissante grâce à ces différents points.

Les personnages sont bien écrits, mention spéciale aux personnages féminins qui ne tombent pas dans les clichés éculés des univers fantasy. On y retrouve un petit côté lovecraftien qui m’a plus angoissée que Lovecraft lui-même. J’ai tout de même quelques reproches à faire sur une scène « hot » dont j’ai eu de la peine à comprendre l’intérêt, elle est arrivée comme un cheveu sur la soupe. C’est un peu dommage que le livre cède à ce poncif de la fantasy « moderne ».

Ces petits détails n’empêchent pas la Crécerelle d’être un de mes coups de cœur de l’année. Une fois happée par l’univers, impossible de le lâcher. La longueur est aussi parfaite, la Crécerelle un personnage fascinant. Par contre, si vous êtes mal à l’aise avec le sang, ce ne sera peut-être pas un ouvrage pour vous. C’est en tout cas une très bonne découverte et je vais suivre avec intérêt cet auteur.