Jeu : Dark Souls 3

header

Je m’appelle Auri…enfin je crois. J’écris ces pages pour me rappeler le peu de souvenirs que j’ai. J’ai déserté face à des Carcasses, mais je suis morte. Comment? Je ne sais plus. Ce dont je me souviens, c’est un cimetière; là où je me suis réveillée lorsque j’ai entendu l’appel résonner. Heureusement, mon corps avait été jeté avec mon arme et mon armure, je me suis frayée une chemin pour quitter cet endroit, je devais partir.

Un feu où je me suis reposée, où ce journal vide traînait. Il me fallait noter pour ne pas devenir comme ces Carcasses. Je voyais dans mon esprit un sanctuaire, je savais que c’était là où je devais aller.

Sur mon chemin, d’autres Carcasses ont eu ma peau, je n’étais pas assez attentive, je ne les avais pas vues. Mais je me suis réveillée auprès du feu, le sanctuaire m’appelait toujours. Alors, je me suis relevée, j’ai tué ces Carcasses, senti leur âmes imprégner mon corps. Plus, toujours plus. Je ne me laissais plus piéger par l’apparente quiétude de certains ennemis.

Puis, une arène en ruine ou un autre cimetière? Difficile à dire. J’étais cependant certaine que le sanctuaire m’attendait de l’autre côté. Alors que j’avançais lentement et sur mes gardes, la grande armure prostrée au centre de l’édifice a attiré mon regard. Une épée torsadée fichée en son centre dont je ne pus m’empêcher de la retirer, je devais le faire.

L’armure a poussé un hurlement monstrueux et s’est animée, elle a saisi sa lance. Je n’ai pas eu le temps de réagir, j’ai volé sur plusieurs mètres, puis elle m’a enfoncé son arme dans le ventre. Iudex Gundyr, le juge, la dernière fulgurance que mon esprit a saisi.

A nouveau le feu, à nouveau en vie. Non… morte-vivante, pas encore une Carcasse, combien de temps vais-je tenir avant d’en devenir une? Je ne veux pas, je dois battre cette chose.

Un autre combat, une autre mort. Que dois-je faire pour passer? Le juge se transforme en une créature abyssale que je ne parviens pas à défaire. Rapides, ses coups me fauchent sans pitié. Je ne peux pas abandonner ici, je dois le battre, peu importe le temps que cela me prendra. Mon salut m’attend de l’autre côté.