Jeu : Dark Souls 3

header

Enfin, Vordt est vaincu. Certes, le carreau d’un ennemi m’a empêché de savourer pleinement ma victoire, mais j’ai renvoyé ce fichu chien à sa niche. J’ai ensuite ouvert cette lourde porte, ma victoire contre Vordt avait fait disparaître les lianes qui la bloquaient. Elle s’est ouverte sur un vide infranchissable, le pont avait été fracassé, comment allais-je continuer?

Puis, je me suis souvenue de la bannière que m’avait donnée Emma, je l’ai brandie à bout de bras avant de me figer de terreur. Une main griffue est apparue au bord du ravin et a agrippé mon pied alors que des cris stridents retentissaient au loin. Blanches, longilignes, ailées, décharnées, trois créatures se sont approchées de moi. Deux m’ont saisie et m’ont transportée tandis que l’autre, armée d’une lance, nous escortait. Leurs doigts semblaient si fragiles que j’ai craint à plusieurs reprises qu’elles ne me laissent tomber, mon armure étant lourde à supporter. Mais je suis arrivée de l’autre côté en un seul morceau, sur une tour en ruine donnant sur un village de morts-vivants dont l’entrée était fermée par une lourde grille.

Mon regard a ensuite été attiré par un rassemblement étrange sur le morceau de pont restant, encore plus que les créatures qui m’avaient amenées ici. Ma curiosité a été la plus forte et je me suis approchée discrètement d’elles. Vêtues de haillons, le dos ployé sous le poids d’une lourde carapace blanche, elles étaient toutes mortes. J’ai entendu des pleurs et des lamentations, visiblement l’une d’entre elles était encore en vie. Je me suis approchée d’elle, enfin de lui.

Il s’appelle Yoel, c’est un pèlerin de Londor et il est venu avec les autres pèlerins pour mourir à Lothric. Il semble persuadé que la mort lui a échappé pour un autre but, il veut m’aider dans ma quête. Lors de notre rencontre, j’ai eu pitié de lui et je l’ai aidé à aller au Sanctuaire. Yoel est d’une gentillesse à toute épreuve, son aide m’est précieuse. Il connaît un peu de magie et il l’utilise pour révéler mon pouvoir caché. Je ne sais pas ce que cela signifie exactement, mais je me sens plus forte. Je pourrai revenir vers lui quand j’en ressentirai le besoin.

Même si j’ai confiance en lui, quelque chose me perturbe, mais je ne saurai l’expliquer. Peut-être son apparence incongrue ou alors je n’ai pas l’habitude d’une telle ferveur religieuse ? Non, je crois qu’il a fait une remarque qui a soulevé une vague de colère en moi, colère que je ne saurais expliquer, venant des tréfonds de ma vie avant l’Appel du feu.

« Auri, ne soyez pas effrayée par les ombres que vous dissimulez. » Voilà ce qui m’a mis en colère, mais pourquoi?